La BIODIVERSITE en forêt

Ce mercredi, après nos vies pro du jour, @ForetSphère nous propose une soirée sur le thème de la biodiversité en forêt. Pourquoi, justement, ce sujet fait-il autant la Une de nos lectures ? Eclairages.

Participants à l’afterwork ForêtSphère du 15 janvier 2020

BIODIVERSITE : ce mot est à la mode et envahit la presse et nos lectures depuis quelque temps. Et pour cause, notre planète en a tant besoin ! Mais qu’est-ce que la biodiversité, celle de nos forêts ? C’était le thème proposé par @ForetSphère lors de cette séance de formation du 15 janvier chez Ohwood. Une quinzaine de jeunes adhérents étaient présents autour de Marie, ingénieure forestier et membre du bureau de ForêtSphère.

Qu’appelle-t-on biodiversité ? quel est son intérêt pour les forestiers ? Quels sont les outils de mesure de la biodiversité forestière ? Tels étaient les points abordés ce soir-là, dans une ambiance détendue, autour de quelques pizzas-bières. Ce soir-là, voici ce que nous avons appris :

Les lieux de vie – ou écosystèmes – où plusieurs espèces et êtres vivants vivent en interaction les uns avec les autres constituent une biodiversité. La France, avec notamment ses 900 espèces de plantes et 15 000 espèces de champignons sans compter toute la faune, est un formidable terrain de jeu pour la biodiversité. Les forêts sont autant d’écosystèmes vecteurs de biodiversité.

Ces réservoirs forestiers de ressources naturelles favorisent les conditions de résistance des arbres face aux assauts du climat, des maladies, des tempêtes, etc. La biodiversité contribue aussi à la résilience des forêts, c’est-à-dire à la capacité de ces dernières à se restaurer après de fortes perturbations. Les forestiers ont donc tout intérêt à maintenir la biodiversité au sein de leurs bois.

Contre toute attente, il est possible de mesurer la biodiversité, ou plutôt le potentiel de biodiversité d’une forêt. C’est ce que propose l’Indice de Biodiversité Potentielle (IBP). Destiné aux gestionnaires forestiers, cet indicateur permet de :

  • Evaluer la capacité d’accueil d’un peuplement forestier pour les êtres vivants (plantes, oiseaux, insectes…)
  • Identifier les points d’amélioration possibles lors des travaux ou interventions sylvicoles.

A noter aussi, parmi les nouveautés, la création, au 1er janvier 2020, de l’Office Français de Biodiversité.

La biodiversité est plus que jamais au cœur des sujets d’actualité et des enjeux environnementaux et sociétaux d’aujourd’hui. Elle va probablement conférer une valeur additionnelle à nos forêts. La biodiversité n’est de ce fait pas une option, mais une force naturelle sur laquelle on peut compter pour contribuer à la résistance et à la résilience de nos arbres.

Juliette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s